Bebegirafe, le blog qui déchire

Sophie la Girafe la contreverse : est-elle toxique ?

Sophie la Girafe la contreverse : est-elle toxique ?

Sophie la Girafe, est-ce une marque dangereuse ?

L'association UFC-Que Choisir a réalisé quelques tests concernant les jouets Sophie la Girafe et d'autres jeux dont le célèbre personnage Oui-Oui de Lansay. Le but était de voir si ces jouets étaient dangereux pour les petits enfants âgés de moins de 3 ans, qui ont tendance à tout porter à la bouche.

Il s'est avéré que 13 jouets sur 30 de la marque Sophie la Girafe étaient composés de précurseurs de la nitrosamine. La peluche Oui-Oui, quant à elle, contenait davantage de naphtalène et de chrysope que les jouets de Sophie, cette dernière étant totalement malgré tout dépourvue de phtalates, de colorants azoïques et de formaldéhydes.

Qu'est ce que la nitrosamine ?

Les nitrosamines sont une famille de composés chimiques oxydées et azotées qui ont des effets néfastes sur la santé à partir d'un certain taux de présence. Elles sont formées suite à une réaction dite de nitrosation, combinant les nitrites (ou nitrates) et les amines (ou amides). Beaucoup d'aliments, notamment composés de malt (brasseries) ou d'additifs alimentaires contenus dans les jambons et quasiment toutes les charcuteries contiennent des nitrites et des amines.

En ce qui concerne la présence de nitrosamines dans l'atmosphère, elle a surtout été retrouvée dans la fumée de cigarette, les milieux industriels, les tanneries, les usines de synthèse de diméthylhydrazine asymétrique (UDMH) ou encore dans les tirs de fusées utilisant le couple UDMH/N2O4.

Sophie la Girafe, une marque 100% réglementée

Le magazine d'UFC Que Choisir indique que tous les produits de la marque Vulli (Sophie La Girafe) sont néanmoins totalement conformes à la réglementation européenne et sont 100% conformes à toutes les lois en vigueur dans l'UE. Le caoutchouc relevant des jouets à mâcher de la célèbre marque au long cou relève également d'une source 100% naturelle puisqu'elle provient de la sève d'hévéa et qu'aucun produit n'est cancérigène pour les enfants.

Le directeur général délégué de Vulli, Serge Jacquemier, atteste également que "sur 50 millions de girafes vendues en France depuis sa création, nous n'avons jamais eu aucun problème. Nous dépensons des sommes inimaginables pour la sécurité de nos produits. En 2010, nous avons déboursé 362 000 euros en frais de certification.

Car chaque lot de fabrication de Sophie la Girafe est testé par des laboratoires agréés - la DGCCRF pour la France - qui nous certifient que le produit est bon pour la consommation. Tous les rapports d'analyses effectués, TOUS, attestent de cette conformité. Il est vrai qu'il apparaît des traces de nitrosamines qui proviennent de la vulcanisation de la sève de l'hévéa par le procédé de rotomoulage.

Cependant, ces traces sont très faibles et en dessous de l'exigence des normes européennes, elles ne remettent en aucun cas en cause la conformité du jouet préféré de bébé, Sophie la Girafe. Dans une optique de constante amélioration, Vulli a mis en oeuvre un programme de modification de sa fabrication afin d'obtenir un résultat de "ZÉRO TRACE"".